Pour l’inclusivité de l’Accord, la CENCO poursuit les consultations

Par souci d’obtenir une véritable inclusivité du compromis politique et éviter des contestations, les évêques catholiques poursuivent les consultations avec les acteurs politiques non signataires de l’accord politique du 31 décembre au centre interdiocésain.

 Jeudi 5 janvier, les évêques ont rencontré les leaders du MLC et alliés regroupés au sein du front pour le respect de la constitution avant de rencontrer le Premier Ministre  Samy Badibanga ce vendredi.

Apres entretien avec  les évêques,  le Front pour le respect de la constitution de la RDC a annoncé  qu'il signerait «incessamment» l’accord issu du dialogue national inclusif tenu au Centre interdiocésain sous la médiation des évêques catholiques.

La coordonnatrice de cette plate-forme et secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC), Eve Bazaïba, l’a déclaré au sortir de la rencontre avec le bureau de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) au siège du MLC.

 «Nous nous sommes très pressés à aller aux élections, parce que le seul mode qui nous intéresse à accéder au pouvoir, c’est le mode constitutionnel. La non-signature par le Front (de l’accord politique du 31 décembre) n’est pas un problème. Incessamment, nous allons apposer notre signature, parce que la CENCO a compris que nos revendications sont du reste fondées», a –t- elle déclaré.

Ces consultations  interviennent  après leur rencontre du 4 janvier dernier avec le Président de la République qui a renouvelé sa confiance dans le travail abattu par la CENCO.

Après avoir participé aux discussions directes entre les signataires et non-signataires de l’accord politique du 18 octobre dernier à la cité de l’Union africaine, le Front pour le respect de la constitution avait  refusé de signer le 31 décembre dernier. Ce refus n’est pas lié au contenu même de ce texte, mais plutôt au partage de pouvoirs, a expliqué l’abbé Donatien Nshole, secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo qui a participé aux discussions.

«Le Front est frustré et trouve qu’on n’a pas eu assez de considérations pour lui; dans la mesure où lui a renoncé de participer au gouvernement et l’unique endroit qu’il pouvait se retrouver était le Conseil national de suivi de l’accord. Il ne trouve pas juste que la Primature soit donnée au Rassemblement et la présidence du Conseil national de suivi au patriarche de Limete», a expliqué le prêtre catholique.

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS
  • Plus lu(s)

  • Plus recents